7ème journée franco-suisse veille stratégique et intelligence économique, Genève Le jeudi 10 Juin 2010

Compte rendu de la 7 ème journée franco-suisse sur la veille et l’intelligence économique

Thème de cette journée : La veille permet-elle d’anticiper les ruptures ?

Intervention de Monsieur Alain Juillet le matin suite à l’ouverture du colloque

C’est la question qui a été posée le 10 juin dernier lors de la journée franco-suisse sur la veille stratégique et l’intelligence économique qui s’est déroulée  à la Haute Ecole de Gestion de Genève (HEG)  sur le campus de Batelle à Carouge.

La notion de rupture suppose un changement brutal dans une organisation et implique un effet qui peut être défini en termes d’opportunités ou de risques.

Ce changement peut être redouté dans le cas de crises économiques, financières ou sociales.

Dans d’autres cas, cette rupture peut être source de  créativité et d’innovation.

Du point de vue de la veille, cette rupture fait apparaitre d’une part, l’horizon temporel du changement et son changement brutal et d’autre part, les signaux indicateurs qui permettent d’identifier le changement.

Monsieur Alain Juillet, ancien Haut Responsable chargé de l’Intelligence Economique au Secrétariat Général de la Défense Nationale (SGDN) auprès du 1er ministre français, entre 2004 et mai 2009, ouvre cette journée et tente  d’aborder la notion de rupture par une approche IE.

Selon lui, la culture est d’abord l’élément fondamental dans l’appréciation d’un changement brutal.

Il illustre sa réflexion en définissant deux modes de société, à savoir :

–          La gestion traditionnelle qui se caractérise en Europe par une répétition des mêmes schémas. Il y a toujours le problème du rejet face à la nécessité de se remettre en cause.

–          La gestion de crise dans les pays émergents et qui a un impact sur le mode de fonctionnement de leurs entreprises

La question est posée :

Face au changement, faut-il faire quelque chose ou ne rien faire ?

Oui, répond Alain Juillet, il faut se remettre en cause, il faut bouger et l’apport d’information est nécessaire car cela va nous permettre d’anticiper, de décider. Il faut écouter les « problèmes » qui nous dérangent.

Toute rupture est génératrice de changement et les signaux faibles sont là pour nous permettre d’aller plus loin.

–          Il est nécessaire d’aller chercher l’information pour anticiper, innover et décoder.

–          Il faut vérifier que l’information est crédible (20% des informations dans les médias est fausse)

–          Il faut savoir trouver l’essentiel dans la quantité d’information

–          Il faut trouver le signal faible (qui peut être aussi très fort)

Pour Alain Juillet, la crise financière était prévisible à bien des égards car il y avait des signaux faibles. Quand un système financier basé sur des prêts devient un système financier basé sur l’instant, cela ne pouvait pas durer bien longtemps.

Pour être à la rupture, il faut avoir un état d’esprit d’ouverture et de remise en question.

En un mot, ce qui marche et ce qui est formidable aujourd’hui ne va pas durer.

Alain Juillet se lance dans un exercice de prospective en se posant la question suivante :

A quoi devons nous nous attendre dans 20 ans ?

Sa réponse tourne autour de quatre prévisions :

–          Un changement complet des équilibres du monde

–          Une bascule de l’économie mondiale vers l’Asie

–          Création de sociétés dans les pays émergents

–          On entre dans un monde où l’on va se copier et il faudra freiner la copie.

Face à un  produit leader sur un marché, un concurrent arrivera avec un produit copié et à moindre coût. La société leader devra innover et lancer un nouveau produit pour « ringardiser » le produit copié.

Sur ce sujet, Alain Juillet pointe du doigt la Corée du sud, champion et leader pour la copie, qui lors d’un transfert de technologie  au cours d’un contrat effectué par Alsthom, a pu copier le TGV français et proposer ensuite son TGV coréen à d’autres pays.

Alsthom a du innover et sortir l’AGV pour « ringardiser » le TGV coréen.

Alain Juillet insiste sur la nécessité d’innover et de se remettre en cause constamment.

Depuis ces dernières années, les ruptures ne manquent pas.

–          Le microcrédit au Bangladesh où l’on ne demande pas de garantie à l’emprunteur alors que les banques occidentales couvrent le risque de crédit en demandant des garanties.

–          La finance islamique qui suit les préceptes de la Charia et qui ne verse pas d’intérêts sur les placements.

En termes de marketing, le marché est mondial et multipolaire, et non plus unipolaire.

Chaque pôle, qu’il soit émergent ou ancien, a ses propres besoins.

Il faut donc souligne Alain Juillet

–          Identifier dans le monde le lieu où il y a des opportunités

–          Adapter son produit au produit où l’on désire l’exporter

–          Nécessité d’aller chercher l’information ailleurs car le conditionnement de notre système culturel nous incite à privilégier tout ce qui nous entoure, tout ce qui est le plus prêt de nous et à la fin on s’oriente vers ce qui nous convient le mieux.

Alain Juillet nous incite par exemple à aller chercher des informations dans les banques de données chinoises car il y a d’autant  d’éléments disponibles que dans les banques de données américaines. Il faut donc avoir accès à des banques de données diversifiées.

Sur la Chine, Alain Juillet nous prédit que dans une vingtaine d’années, le PIB chinois sera égal à celui des USA. Il ajoute aussi que le droit chinois va s’imposer face au droit anglo-saxon et au droit romain.

Enfin sur l’intelligence économique et l’innovation, il estime que la France n’est pas encore capable d’aller voir ailleurs ce qu’on fait au niveau de la recherche. Les USA et la Chine le font depuis longtemps.

Alain Juillet termine son intervention en parlant à son auditoire des nouveaux territoires de l’intelligence économique. Le concept ne s’applique pas uniquement à l’économie et les méthodes et techniques IE peuvent s’appliquer aussi à d’autres secteurs comme la politique, le sport, le juridique et le tourisme.

Les autres intervenants :

–          Monsieur Nicolas Lesca, maître de conférences à l’institut d’administration des entreprises (IAE) de Grenoble et chercheur au laboratoire CERA-CNRS nous propose ‘d’ opérationnaliser’ le concept de signal faible en concevant et testant les méthodes appropriées pour détecter et exploiter les signaux faibles prélevés sur l’environnement économique.

–          Monsieur Marc Bürki, le directeur général de  swissquote bank, nous propose sur le thème IE et ruptures  l’exemple de sa société.

(http://www.swissquote.ch/index_f.html) site d’information financière.

–          Monsieur Elmar Mock, fondateur et président de la société Creaholic, présente  sur le thème de l’anticipation des ruptures technologiques l’exemple de la montre Swatch.

–          Monsieur David Sadigh de IC- Agency, spécialiste de l’internet au service des marques de luxe, présente les enseignements tirés de l’étude WorldWatch Report, entre veille concurrentielle et sociétale, sur l’industrie horlogère.

–          Madame Sandrine Szabo de la société Netinfluence est venue parler de la façon de mettre en valeur un site Web pour le rendre plus attractif, plus performant.

(http://www.netinfluence.ch/)

–          Monsieur Mark Froelicher, Directeur d’EXMAR (Executive Marketing Management) et représentant la société XTC World Innovation, société de conseil et de veille marketing, est intervenue sur l’approche de XTC sur le thème de la veille et rupture dans le secteur de l’agro-alimentaire

(http://www.xtc.fr/)

La journée s’est terminée sur l’intervention de Madame Jacqueline Deschamps, du Département  information documentaire et professeure à la HEG pour le Master en intelligence économique et veille stratégique.

Christophe Condette Forster

Paris, le 24 juin 2010

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :